mercredi 2 octobre 2013

Dors bien sous les fleurs...

Vendredi dernier, ma grand-mère a perdu son compagnon.
Aussi loin que je remonte dans mes souvenirs, il me semble que je l'ai toujours connu.
Je ne me souviens pas de mon grand-père et de ma grand-mère ensemble.
J'ai perdu mon grand-père il y a déjà 10 ans.
La Louloute ne l'a jamais connu... mais régulièrement et malgré son jeune âge, elle accompagne ma mère au cimetière et va lui faire un coucou sur sa tombe.
Cette disparition m'a pas mal questionné, notamment dans la manière d'aborder la mort avec nos enfants.
Ma Louloute avait déjà connu la perte de notre gros chat... mais c'était la première fois qu'elle était confronté à la mort d'un être humain de son entourage proche. Il était très malade, elle le savait. Je la préparais doucement depuis quelques temps, sans pour autant dire les mots réels...
Et puis, là... que dire? que faire?
J'ai repensé à ces gens qui disaient à leurs enfants que X ou Y étaient simplement "parti en vacances".
A ceux qui les disent "partis dans les nuages", "au ciel" ou "au paradis".
J'ai repensé à une émission vue il y a longtemps, à cet article de Ruffo ou un autre qui évoquait le deuil et le jeune enfant et le fait que souvent ce sont les adultes qui se préservent en écartant les enfants des cérémonies de deuil.
Simplement, je lui ai donc annoncé la chose. "Minette, le Claude est mort". Elle a été triste. Puis est retournée à ses dessins animés.
Elle m'en a reparlé peu de temps après... me disant que sa "nanan" (ma grand-mère, son arrière-grand-mère donc) allait être triste.
Et puis, c'est tout.
Dans l'après-midi, nous sommes allés faire une grande balade. Nous sommes passés devant le funérarium. Le corps venait d'arriver. Nous nous sommes arrêtés. J'y suis allée. Monsieur maîtresseenmaillotdebain aussi. Et puis, la Louloute a voulu y aller aussi.
Réflexion... un pour/ un contre... et puis finalement, je l'ai emmenée.
Elle l'a regardé. Lui a dit au revoir. Naturellement. Sont forts ces enfants quand même. Elle est ressortie toute fière... Elle n'avait pas eu peur.

Mardi, c'était l'enterrement. Elle n'est pas venue à la cérémonie. Elle était à l'école.
En sortant, elle a voulu aller voir sa "nanan". Elle était au cimetière. J'allais rebrousser chemin. Mais elle a voulu y aller. Nous y sommes allées. Elle lui a dit bonjour... Puis en partant quelques minutes plus tard... "Dors bien sous les fleurs!"... J'ai trouvé ça joli. Et elle courait sur les cailloux, me montrait les tombes... pourquoi un tel avait des fleurs et pas l'autre? et les plaques... et tout et tout...

Nous sommes ensuite allées sur la tombe de mon grand-mère. Elle lui a dit bonjour et puis en repartant... elle a lancé... "Au revoir... et bonne chance d'être mort!". Elle a arraché un sourire à notre voisin de tombe... et à bien fait rire le reste de la famille quand je l'ai raconté...
Elle m'épate ma Louloute!


Et vous, quel rapport avec la mort chez vous?

17 commentaires:

  1. Un sujet bien difficile que celui-ci. Je n'ai pas d'enfants (pas encore) alors je ne me suis pas posé cette question. Par contre j'ai été confronté à la mort très tôt dans mon enfance. Je ne me souviens absolument plus de la manière dont mes parents ont abordé le sujet avec moi. Par contre, mon rapport à la mort est un peu particulier, c'est quelque chose d'ancré en moi comme étant naturel, on naît pour mourir, du coup je n'en ai pas peur et n'appréhende pas particulièrement ce moment ni pour moi, ni pour mes proches. Quelques part j'espère que mes enfants seront comme moi car cela facilite grandement le travail de deuil mais d'un autre côté c'est compliqué car la plupart des gens ne comprennent pas ma réaction dans ces moments là...

    RépondreSupprimer
  2. Ton post me renvoie à ma fin d'été...
    Mon chéri a perdu son grand-père d'un cancer et même si on connaissait l'issue, ça a été très rapide puisque la maladie s'est déclarée fin mai début juin et il est décédé fin août. C'était quelqu'un de vraiment très bien, très impliqué dans tout plein d'associations et dans tout ce qu'il faisait.
    Il avait fait le choix de rester chez lui avant son inhumation et même si mon loulou de 2ans n'a pas "vu" son arrière grand-père il était toujours dans la maison ou dans les parages. L'ambiance n'était pas forcément très pesante car Emmanuel a été accompagné comme il le souhaitait du début à la fin, mais Mathis a souvent fait office de "rayon de soleil" pendant ces 3 jours.
    Il a demandé dernièrement où était grand-papy et on lui a répondu qu'il était dans les nuages... Et là, on a retrouvé sans problème son âme de petit bonhomme quand il nous a demandé tout naturellement s'il avait bien pensé à prendre son casque et ses lunettes! :)

    Merci pour ce joli post en tout cas... Même si t'as presque réussi à me faire pleurer au petit-dèj! ;)

    Mélanie Q.

    RépondreSupprimer
  3. Mon avis vaut ce qu'il vaut,nullipare et pas très famille mais vraiment tout ce que vous avez fait me semble parfait. Vous l'avez laissée choisir,vivre pleinement son premier deuil. Il n'y pas de moment ou d'âge idéal pour être confronté à la mort pour la première fois. Elle est epatante ma copine !

    RépondreSupprimer
  4. Bravo à vous ...moi qui ai une peur panique de la mort,je ne pense pas que j'aurais pu gérer ça aussi bien que vous .la loupette est aussi un sacre personnage.l'avoir sera un bon remède pour la nannan.bisous mes nanabereced

    RépondreSupprimer
  5. Moi mon petit bout de 10 mois a perdu son grand père (du côté de papa) a 3 mois, il est petit encore, mais n'a déjà plus de grand père (mon père étant décédé il y a 10 ans. Je gère absolument pas la mort, mais vraiment pas. Je pense que j'ai trop perdu et du coup j'en ai un peu marre de voir la mort.
    Les enfants ont une facon de voir la mort bien a eux, et ils sont forts. Je pense qu'ils comprennent mais le voient d'une autre facon, une facon plus "belle" et moins tragique.
    J'aime la façon que les enfants ont de la géré.

    RépondreSupprimer
  6. Tu m'as tiré une larme sur ce coup là

    Ici les enfants n'ont été confronté à la mort que pour ma grand mere dont nous n'etions pas proche (ils ne la voyaient qu'une fois l'an), mais plus pour leur chien, nous en sommes déjà a 3 de partis
    et bien sur le moment ils sont tristes, et encore je dirais qu'ils ont plus de peines pour nous et puis idem, ils retournent a leurs occupation
    ils savent que ça fait partie de la vie (et puis ils ont une grande soeur ange aussi)
    je ne sais pas s'il y a une bonne ou mauvaise façon de faire, mais je suis du genre à ne rien vouloir leur cacher
    pleins de courage pour vivre ce deuil

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir, j'avoue que je suis comment dire...gênée de voir un sujet glauque comme ça ici sur une blog de couture de cuisine et compagnie. Je trouve ce sujet gênant. Le deuil se partage en famille et avec les amis très proches. Et épargnez moi les phrases à la noix "la mort fait partie de la vie et blablablabla". Pour avoir été confrontée très jeune à la perte violente et tragique d'un ê plus que cher, je sais pour ma part (perso et professionnellement) qu'il est plus simple d'aborder la mort avec un enfant qd il s'agit d'un personne âgée car là oui c'est normal. La mort pour les enfants jusqu'à un certain âge est une notion abstraite (d'où la réaction mignonne et innocente) surtout que la personne est âgée, mais croyez vous mesdames que l'enfant réagit pareil à la perte de sa mère de son père de son frère.Vous faites comment pour en parler pour le vivre???????????? Je sais de quoi de je parle. Un enfant n'est pas idiot hein je vous le dis, il sait que là dans ce genre de situation c'est "normal" quand on est une personne âgée et la mort est encore floue à cet âge. Et j'avoue que je suis déçue, désolée d'être franche, de voir un sujet intime et familial sur ce blog. Voilà c'était le couplet "psy en carton du soir bonsoir". Désolée d'être abrupte mais bon c'est co ça.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Chère anonyme. Je suis désolée de t'avoir choqué et blessée. Je t'épargne donc le "la mort fait partie de la vie et blablabla..." mais je tiens simplement à poser quelques petites choses. Mon blog est un blog où je parle de tout, depuis toujours... Les sujets perso sont très présents, ma famille, mes pensées...
      Je ne trouve pas, perso, que le sujet soit glauque.
      Qui te dit que la personne dont je parle était âgée.? Bien entendu, par rapport à ma fille, oui... elle était âgée. Mais je ne crois pas qu'à moins de 70 ans, le destin de l'être humain est forcément de mourir.
      J'avais juste envie de partager mes interrogations avec mes lectrices, avec celles avec qui j'ai créé un lien d'amitié, même virtuel. C'est ma liberté de blogueuse.
      Je sens que derrière ces mots, ce sont des souvenirs violents qui ressurgissent, un deuil... mais je ne regrette pas d'avoir écrit mon article. En effet, si il s'était s'agit de la perte d'un père, d'une mère, d'une grand-mère... je me doute que ma Louloute n'aurait pas réagit comme ça... pour autant, pourquoi devrais-je me priver de partager avec d'autres, dans la limite d'une certaine pudeur, qu'il me semblait avoir respecté, les moments douloureux de l'existence?
      Une fois encore je suis désolée de t'avoir déçu. J'aurais aimé savoir qui tu es pour m'excuser directement...mais les mots que j'écris sont autant pour moi, pour me souvenir, faire le point, que pour être lus...bref!

      Supprimer
  8. Sur le coup, on peut dire que c'est Bérénice qui t'a montré comment faire, comment dire ... Epatante ce petit bout de femme du XXIème ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Eh bien moi, en tant qu'enfant, j'estime qu'on a toujours trop voulu me préserver. On me disait les mots, mais je n'ai jamais assisté à rien. Résultat, à 18 ans, quand ma meilleure amie est morte très soudainement, je n'ai pas su gérer. J'ai eu peur d'aller à l'enterrement, d'aller rencontrer sa famille (que je connaissais un peu). Résultat, j'ai mis 3 ans à me remettre (seule) de tout ça parce que si j'avais vraiment VU, j'aurais mieux réalisé les choses (et pas eu l'impression de la voir à chaque coin de rue parce que c'est sûr, c'était une blague qu'elle avait faite, ça n'avait pas pu réellement se passer comme ça sans que je vois rien venir).
    Il faut donc, comme tu l'as fait, éviter de vouloir préserver trop les enfants. La mort fait partie de la vie et des apprentissages, il me semble.

    RépondreSupprimer
  10. Je pense qu'il faut dire aux enfants la vérité mais avec leurs mots à eux... parce que les enfants sont des éponges et sentent ce qui se passe sans pour autant avoir les mots pour le dire ! Vive l'inconscient ! c'est d'ailleurs applicable pour toute chose (autre que les décès). Pour ce qui est de ma pratique personnelle, j'ai vécu ma première perte d'un être cher à l'âge de 10 ans. Si je ne m'abuse, c'est d'ailleurs vers cet âge que les enfants comprennent le côté irréversible de la chose.
    Pour ma part, je voulais te remercier pour cet article qui résonne en moi tout particulièrement...

    RépondreSupprimer
  11. Je commente rarement (pourtant je te lis très souvent) mais là je suis obligée de réagir, à ton article et au commentaire d'"anonyme".
    Mes grands parents paternels sont morts quand j'étais petite, mon autre papi aussi et je suis orpheline. Autant dire que la mort et moi on se connait bien... Par la force des choses je n'ai pas été préservée. J'ai été à l’hôpital, j'ai vu un papi dans le coma pendant des mois, j'ai vu des cancers, les pompiers qui sont arrivés trop tard pour papa... je suis allée au funérarium pour tout le monde, j'ai touché les corps de certains.
    J'ai tout vu, et on m'a tout dit avec des vrais mots et maintenant que je suis une "adulte" je sais que c'était la bonne façon de faire, et j'agirai pareil avec Noah.
    Je n'ai pas cet espèce de sentiment un peu malsain qu'ont beaucoup de gens OK la mort c'est moche, ça peu faire un peur, mais elle est là autant apprendre à faire avec.
    Aujourd'hui je pense à tout ces gens avec sérénité, ils ne sont plus là mais ils ont fait partie de ma vie, on a vécu des choses chouettes. Toutes les petites histoires que j'ai vécu avec chacun d'eux ont une fin, claire dans ma petite tête et comme ça j'ai pu continuer à avancer, et je peu vivre de nouvelles histoires avec d'autres gens et je suis sure que j’apprécie d'autant plus la chance que j'ai d'être en vie...

    RépondreSupprimer
  12. @ anonyme : c'est moche ce que vous avez fait . Nos sensibilités diverses sont heurtées par maintes choses qui nous sont propres : mort pour certains, sexualité pour d'autres, argent, hygiène et j'en passe... et c'est ainsi . Taxer ce blog et à travers lui son auteure qui je vous le rappelle est en deuil et en questionnement d'impudeur est tout bonnement injuste et ne vous appartient en aucun cas . Anaïs est certes une blogueuse à la littérature publique mais c'est une femme, une mère concernée qui n'expose pas sa vie à l'envi, par exhibitionnisme. Vous ne connaissez pas le dixième de ce qu'est sa vie, vous estimez seulement que le contenu de cet article n'est pas digne de l'image que VOUS vous êtes fait de sa petite lucarne.
    Quel courage de ne pas avoir signé, vous pourrez ainsi continuer à bénéficier des prochains articles de La Maitresse, de ses idées, des sa prose enlevée, de ses conseils et de ses cadeaux, c'est moche, vraiment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir exprimé si bien et si clairement tout ce que je pensais!
      Mélanie Q.

      Supprimer
  13. je suis profondément surprise de la réponse de l'Anonyme, et je plussoie (plein de fois) au commentaire de Sioue! (merci Sioue, tu as tout dit!). Anaïs aborde le sujet avec beaucoup de délicatesse, en gardant de la distance et de la pudeur. En plus, sa louloute a la poésie facile et une belle façon d'appréhender les choses. Mais que l'on n'aime ou pas, qu'importe à la limite, chacun est libre! par contre, venir critiquer pour critiquer, ça n'a pas de sens, ce n'est pas constructif, ça peut être blessant même! et vous venez faire une leçon de "façon de parler"?! oui effectivement, j'ai l'impression que des choses n'ont pas été dites chez vous, et qu'il en reste des traces profondes et douloureuses... c'est bien triste, mais ce n'est pas à la Maitresse d'en faire les frais! c'est pour sa capacité à aborder tous les sujets que nous la lisons et la considérons.... quel courage d'être anonyme!

    Maitresse, pour réagir sur ton sujet... ma Grande a été confrontée au décès d'une personne âgée dans ma famille; je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise façon de faire tant qu'on ne cache rien. Etre petit n'enlève aucune douleur! et je n'ai pas menti en lui disant que cette personne serait toujours là dans ses souvenirs, pour veiller sur elle. Je ne crois pas avoir menti non plus en lui disant qu'elle vivrait pour toujours dans son coeur! plusieurs semaines après le décès, en voiture, alors qu'on parlait de tout autre chose:
    -tu sais maman, là *** elle est en train de danser dans mon coeur!"
    ...
    et quelques minutes après:
    "-dis maman, mais toi un jour tu vas mourir?
    -bien sûr!
    -mais il n'y a pas de place dans mon coeur, il y a déjà ***
    -ds ton coeur il y a de la place pour tous les gens que tu aimes!
    -mais tu n'es pas encore morte alors il n'y a pas de place!
    -ben pourtant tu m'aimes déjà!
    -ha oui!
    ho! mémé vient de se pousser! il y a une place pour toi maintenant!"
    ils comprennent le plus important, peut être bien mieux que nous même!
    des bisous!

    RépondreSupprimer
  14. Coucou, dans mon éducation la mort on n'en parle pas, sujet tabou, c'est dommage car les enfants ont une approche bien différente, ils sentent quand leurs parents ne vont pas bien et dans ces moments, ils nous réconfortent. Nous avons dit la vérité à notre fille 4 ans,lorsque son papy est décédé subitement à 59 ans. Ma soeur a préféré dire qu'il est au ciel à ces enfants. Agée de 9 ans maintenant, ma grande c'est ce qu'est la mort et en parle naturellement et aide sa petite soeur de 6 ans à comprendre ce "monsieur " qu'elle n'a pas connu. Elle a de bons souvenirs et c'est ce qui est le plus important. Et le cimetière ne leur fait pas peur, c'est un lieu très apaisant ! Merci pour ton article ! Et un blog c'est aussi partager des moments particuliers qui nous touchent !

    RépondreSupprimer
  15. C'est un sujet tellement délicat , déjà chez nous entre adultes de la même famille c'est difficile ...finalement je trouve qu'on en parle plus librement avec les enfants ...Charlotte a posé peu de questions lorsque nous avons perdu notre bébé il y a un peu plus d'un an mais ses questions étaient claires et ses réponses tout autant ...
    J'aime beaucoup l'expression de ta fille c'est tellement joli comme image .
    Bises

    RépondreSupprimer

Des choses à dire?