jeudi 23 mai 2013

Tchao Pantin (ah ah cette fois y a rien à gagner à part toute mon estime si vous lisez jusqu'au bout!)

Ce post devait s'intituler "La journée de la jupe"... D'abord parce que je voulais poursuivre ma semaine "spéciale Cannes" avec des titres très Croisette (ou non)... Ensuite parce que c'était une anecdote qui pour une fois allait vraiment bien avec ce titre.
Je voulais vous parler aujourd'hui de moi, mais pas de moi comme ça en gros... non de moi, la maîtresse, la vraie...
J'veux dire... vous savez que je suis maîtresse hein?
Pas une maîtresse avec un fouet en cuir (à la déception de certains fans facebook vite mis en quarantaine)... mais une vraie maîtresse avec son gros cabas, ses crayons rouges, ses manuels, ses livres de littérature jeunesse en pagaille.... Une maîtresse depuis déjà... quoi? 7 ans!
Putain 7 ans...
Bref, je n'ai jamais rêvé comme certaines de mes camarades d'infortune d'être enseignante.
Quand j'étais petite, je voulais être archéologue pour trouver des pyramides en Egypte (déception quand je me suis rendue compte qu'il n'y en avait plus guère à trouver... et puis fallait aller à Bruxelles pour étudier... et je suis un peu casanière comme fille!) ou alors ministre des finances (enfin dans l'idée car je pensais alors qu'il s'agissait surtout de compter à longueur de journée des montagnes de pièces un peu comme Oncle Picsou ou De Funès dans la Folie des Grandeurs!)... et puis j'ai eu d'autres ambitions... pilote de course (après avoir vu Jour de Tonnerre), pilote d'avion (ça c'était après Top Gun), médecin légiste (j'adorais Patricia Cornwell), commisseur priseur (ça je sait pas, c'était l'inspiration du moment) ou même assistante sociale...
Et puis de fil en aiguille, les études d'histoire qui me passionnaient m'ont mené à envisager une carrière dans le supérieur. J'ai donc passé la maîtrise puis ai enchaîné un DEA (si tu es jeune et ne connais pas ces sigles très an 2000, ça correspond au M2) et puis même une thèse.
Une thèse que je n'ai jamais fini... parce que finalement la vie avançant, monsieur et moi avons choisi de nous poser, d'acheter une maison donc... il fallait que je travaille et j'avoue que faire correspondre les exigences pointues de la recherche historique avec un job... ben j'y suis pas arrivée. Alors bref, j'ai bossé dans une école... et j'ai tenté le concours en candidat libre juste pour voir... et je l'ai eu!
Finalement, je boucle un peu la boucle vu que mes mère/tante/tantebis/tanteter/oncle sont dans l'enseignement... (et j'vous parle même pas des deux cousines en train de passer le concours! Ni de ma meilleure amie, PE aussi... comme une bonne part de mes amies d'ailleurs...) Mais bon finalement ce n'est pas de ça que je voulais vous parler.
Je porte souvent des jupes/robes... presque jamais des pantalons (à cause de mon appendice inférieur moelleux comme dit Madame La Neige est trop molle)... et l'autre jour, une de mes élèves m'a fait la remarque... Elle me dit comme ça "T'aime pas trop mettre des pantalons, toi?"... avec un regard méfiant...
Bon pour préciser, c'est une de mes élèves du Foyer. Un poste que j'occupe à mi-temps cette année et pour lequel les codes habituels sont complètement chamboulés parce que, pour beaucoup, j'effectue du travail en individuel ou mini groupe, de l'aide aux devoirs, des cours décrochés avec des élèves du primaire au lycée... Donc, même si je suis bien identifiée comme "enseignante", les rapports sont plus cool et détendus...
J'ai souri et je lui ai dit "Ben oui, L*, j'aime ça, mettre des jupes..."...
Elle m'a regardé, a souri aussi et m'a dit: "C'est bien"...
Ce post devait donc s'intituler la journée de la jupe...
Mais finalement entre temps, j'ai appris que je n'occuperai plus ce post l'an prochain... je ne l'occupait que "par intérim", le poste n'ayant pas été pourvu cette année... Parce que je suis remplaçante, moi... C'est MON poste! (un vrai post, je précise parce que souvent on pense que les "pauvres" remplaçants ne le sont que parce qu'on a pas pu les caser ailleurs, bref, je ferme la parenthèse)...
Mais cette année, j'ai apprécié d'être sur toute l'année au contact de ces jeunes, placés à au hasard des décisions de justice et des manquements de leurs parents. J'ai aimé nouer ce contact si particulier avec eux. J'ai aimé être une enseignante... un peu différente... avec un emploi du temps si particulier... finissant à 19h le ludni mais profitant d'un mardi allégé...
Je suis heureuse que le poste soit enfin pourvu... obtenu par une collègue compétente et qui souhaitait l'occuper (pas toujours le cas)... mais cette semaine, en allant faire mon travail là bas... j'ai eu quand même un petit pincement au coeur... J'ai mesuré à quel point le travail de remplacement (et le travail d'enseignant en général) pouvait être ingrat... Comment au final, on ne faisait que passer...
Un peu comme la vie, quoi!
Mais j'avoue ce soir, en pensant à ces jeunes, à l'équipe d'éduc' qui m'a si bien accueillie, à I. la secrétaire super sympa, aux personnels de direction à l'écoute, à ma classe toute petite, à mes périples en bagnole sous la neige... ben j'ai juste envie de dire Tchao Pantin...

*J'pleure pas... mais quand même!
** et pour être bien comprise, quand je parle d'un métier ingrat, c'est surtout que moi j'ai tendance à toujours m'investit trop... c'est pas la faute des autres, juste de moi... et du système!

29 commentaires:

  1. Il n'y a pas si longtemps tu aurais pu lui répondre que le port du pantalon est interdit aux femmes, sauf pour faire de l'équitation ou du vélocypède, mais bon la loi vient d'être abrogée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui Sophie, j'y ai pensé... mais je ne suis pas sûre qu'elle m'aurait cru!
      Mais j'avoue que pour moi, quelque part, ça joue... Je ne suis pas hyper féminine sur de nombreux points (pas de maquillage, cheveux sans lissage etc) mais je tiens à ma liberté de jupe!

      Supprimer
  2. ah ben c'est marrant (si on veut), on a quasi le meme parcours!
    sauf que moi j'ai toujours voulu enseigner mais je n'ai jamais vraiment su dans quel domaine ni auprès de quel public! j'ai hésité avec instit...
    j'ai fait la fac de psycho et finalement ça m'a plu donc je n'ai pas passé le concours iufm! je suis restée, j'ai fait un DESS, moi, et puis une thèse, parce que oui on pouvait bifurquer aussi en thèse après le dess!
    j'ai rencontré mon mari à la fac et puis je n'ai jamais fini ma thèse non plus, lol! pas de motivation! je ne voulais plus faire de la recherche, mais enseigner!
    j'avais enseigner à la fac mais bon le contact avec les étudiants, c'est moyen!
    j'ai essayer de faire de la formation pour adulte vu que mon dess avec une option formation. Mais pas de boulot...
    donc j'ai cherché des remplacement en lycée pro!
    mon premier diplome (après le brevet!)c'est un bep!! Donc je voulais enseigner dans le meme bep que moi j'avais fait, presque 15 ans après!
    et j'ai réussi à trouver un remplacement!
    j'ai fait presque une année scolaire avec les bep! et j'ai vraiment adoré!!!
    et cette année ben on m'a reprise au lycée mais pour des bts! section nouvelle pour moi, j'ai du bcp bosser pour essayer de sauver les meubles! mais finalement ça m'a bcp plu!
    j'attends de savoir si je peux garder le poste l'année prochaine, si y'a personne dessus! et en meme temps je vais tenter de passer le capet en juin!
    voila voila!
    et mon père et ma grand-mère étaient instit, j'ai toujours baigné dans l'enseignement, passé bcp de temps dans les écoles vides les jours de congés avec mon père! c'était top!!
    et puis j'ai toujours été fan de mes profs, tout au long de ma scolarité! une vraie groupie!
    donc c'est plutot logique que je devienne prof, et j'ai épousé un prof (mieux, un de mes profs!! de fac, je précise!).

    mais bon, c'est vrai que les remplacements c'est plutot ingrat! on bouche les trous, et malgré tout le coeur qu'on y met et ben on est vite oublié! tout le monde passe à autre chose!

    bises

    hélène thibaut
    (j'ai pas répondu aux autres postes, jsuis pas très concours en ce moment! pis tfasson je gagne jamais! lol)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Allez Hélène, faut toujours tenter sa chance... même si on ne gagne pas à tous les coups! Ici tout le monde a sa chance...
      Sinon c'est vrai que nos parcours sont pleins de ressemblances. C'est drôle... et avec nos goûts communs, faut vraiment qu'on essaie de prendre un thé en terrasse un de ces jours. :)

      Supprimer
    2. ah oui ça serait sympa!!

      Supprimer
  3. zut, j'ai posté trop vite et j'ai laissé des fautes! oups!!

    hélène

    RépondreSupprimer
  4. Corinne Blanchetjeudi, 23 mai, 2013

    Ingrat surtout à cause du système!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui... mais pourrait-il fonctionner autrement?

      Supprimer
  5. Lu jusqu'au bout et juste beau maitresse......tu as une âme et c'est le plus interessant. tu ne fais pas se boulot pour seulement avoir un cheque à la fin du mois. oui, c'est ingrat d'etre " de passage "mais ça permet de creer d'autres liens, peut etre plus forts, on se confie plus.
    pour ma part j'ai encore gardé quelques cours de musique (j'arrive pas à lacher complement) et à c'est un cycle de deux ans avec des petits de 4 à 6 ans. chaque fin d'année je preparer une aventure musicale avec eux et au moment de leur dire "au revoir" de les confier aux professeurs d'instruments, je retiens les larmes . c'est con de s'attacher comme ça.. mais bon! j'les aime bien ces p'tits schtroumpfs de passage :)

    emilie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ta réponse Emilie... Je crois qu'on est beaucoup finalement à s'attacher à nos élèves... ET c'est vrai que c'est ce qui fait aimer finalement son travail... (parce qu'en effet le chèque en fin de mois... c'est quand même pas Bizance!)

      Supprimer
  6. J'ai tout lu (et pourtant, j'suis fatiguée !)
    Moi, cette année, j'ai découvert le monde de l'enseignement (et pas tjs rose) ... mais je tire mon chapeau aux maîtresses des classes "Clis" qui font un boulot remarquable ! On travaillait du coup beaucoup en lien et je me suis aussi beaucoup attachée aux élèves. J'espère pour ma part ne pas trop enchaîner les CDD pour pouvoir me poser dans un poste et tisser des liens avec les personnes dont je vais assurer l'accompagnement socio-éducatif.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Marine!
      Je confirme que le monde de l'enseignement n'est pas toujours rose. Parfois il est même carrément noir mais il y a aussi plein de belles choses. En CLIS, on trouve souvent des enseignants passionnés... et puis formés aussi, ça aide!
      Je te souhaite aussi de pouvoir très vite décrocher un poste à long terme pour pouvoir t'y investir et faire ce travail que tu aimes tant!

      Supprimer
  7. J'ai tout lu et meme qu'a la fin j'etais limite de la tite larme
    peut etre aussi que ton passage laissera une trace à vie à ses gamins

    on se rappelle souvent des enseignants qu'on a aimé ++++
    et du coup tu feras partie a vie de leur histoire, moi je trouve ça chouette

    et en effet, vous avez pas un boulot facile tout les jours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai! Moi je me rappelle encore avec émotion de certains de mes enseignants.
      Quand tu es remplaçant, c'est moins net car tu viens parfois un jour ou deux seulement. Mais je croise souvent d'anciens élèves en courses ou en ville et nombreux sont ceux qui viennent me saluer ou me montre à leur maman en disant: Regarde c'est la maîtresse Anaïs...
      :)

      Supprimer
  8. Wahou, thanks for sharing comme ils disent un peu plus à l'Ouest. J'ai adoré apprendre tout cela sur toi! Je croise les doigts pour ton poste de l'an prochain.

    Et je suis comme Cindy: sure que tu auras bien marqué quelques uns de tes élèves. Je me souviens encore de profs que je n'ai eu qu'une seule année et qui ont beaucoup compté pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Moineau! De temps en temps, ça ne fait pas de mal de donner un peu de soi...
      Pareil qu'à l'école d'ailleurs...
      Ma mère m'a transmis ce conseil d'un inspecteur qui l'avait visité pendant sa propre formation (et oui la grand-mère en maillot de bain est bien enseignante). Il lui avait dit que le principal dans ce boulot, au delà de l'enseignement en lui même, c'était le don: donner de soi, donner des bons points, des bonbons, des bisous, des encouragements... toujours!
      J'essaie toujours de l'appliquer dans mes remplacements. Même si je ne me balade pas en permanence avec un paquet de sucettes!
      Mais je trouve important de donner de l'attention à tous, au maximum. De donner des repères. De donner l'envie d'apprendre. Ou juste le plaisir d'être en classe... et puis, en vrai, j'ai quand même souvent des bonbons aussi!

      *Je bosse en sous-main pour les dentistes! :)

      Supprimer
  9. Courage! Je comprends. Pareil, lorsque j'étais remplaçante et que je devais quitter une classe au bout de plusieurs mois, j'avais un gros pincement au coeur et des petites larmes au bord des yeux. On s'attache beaucoup(trop?) à ce petits monstres. Je suis sure que tu en auras marqué certains et qu'ils viendront te voir pour te remercier:)

    RépondreSupprimer
  10. Trop sensible comme sujet,je passe mon tour mais j'ai tout lu jusqu'au bout !

    RépondreSupprimer
  11. comme je me reconnais dans ton post ! je vais quitter mon ulis à la fin de l'année et je suis dans le même état... dur dur d'être remplaçante quand même !! des bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et au fait, l'an prochain?
      Le mouvement est passé chez vous?

      Supprimer
    2. petite question bête... je viens juste de voir que tu as répondu à mon commentaire (j'imagine alors que peut être tu as du répondre à d'autres ???) comment je le sais moi que tu m'as écrit/répondu (oui question bête je te dit !!)
      oui le mouvement est passé mais résultat officiel demain ... mais à priori je reste sur mon poste .... je vais tenté de rester sur l'ulis à mi-temps (la collègue revient de congé mat' !
      et toi ? toujours à 3/4 remplaçante et 1/4 au syndicat ?
      répond moi sur ma boite mail stp... je suis une looseuse je sais ! snif !

      Supprimer
  12. Merci Anaïs pour ton mot qui m'a beaucoup touché :) courage pour cette nouvelle route qui s'ouvre devant toi, parfois les aurevoirs sont difficiles, courage courage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien Mulot!
      Cela me tenait à coeur de t'offrir mes quelques réflexions... Parce que je vois de plus en plus de belles pages qui ferment et que je trouve ça triste. Un nouveau post aujourd'hui... la bonne voie!

      Supprimer
  13. Je savais que tu étais PE. Je ne te savais pas historienne, quel était ton domaine de recherche (je suis historienne moi aussi mais j'ai arrêté avant toi pour aller voir si aux Usa l'herbe était plus verte). Comme toi j'ai voulu être archéologue (même désillusion pour les pyramide d'Egypte!) mais aussi révolutionnaire (je trouvais que ce métier avait un côté très romantique. Hum hum, j'étais un peu originale enfant ^^), et puis journaliste pour parcourir le monde et témoigner pour ceux qui ne pouvaient le faire. Finalement j'ai tester PE mais je n'ai pas persévéré, je me suis tournée vers l'animation, avec cette idée d'ouvrir le champ des possibles aux enfants, sans la pression qui pèse sur l'école, la liberté que l'on a d'essayer. Mais au final, ce qui compte, comme tu le dis si bien, c'est le contact avec les jeunes qui est si riche même si souvent nous ne faisons que passer dans leurs vies! Merci pour ce beau témoignage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je voulais te répondre chez toi mais impossible de commenter sous canalblog depuis presque 15 jours. Pffffffffffffffff! Marre!
      Bref, en effet, c'est drôle ce parcours en parallèle. :)
      Le travail avec les jeunes -enseignante, éduc, animatrice...- est riche en effet... [même si il ne rend pas riche!!!!]

      Supprimer

Des choses à dire?